LE CRÉPUSCULE DES VIEUX?

Jeunes, en haine des tièdes déjà, ils avaient été foudroyés par la lecture de Nietzsche, Barrès ou D’Annunzio, géniaux, mais dangereux professeurs d’énergie. Autour d’eux, pensaient-ils, la fièvre conquérante du XIXe siècle n’en finissait pas de mourir, les démocraties de se discréditer, le capitalisme de s’avilir. Décadent, faux, bourgeois, pour le dire d’un mot lui-même usé, le monde était à refaire, la vie à refonder. La guerre de 14, un bref instant, avait porté certains au-delà d’eux-mêmes. L’unité entre la poésie et l’action était donc possible.

Electre_978-2-02-117011-5_9782021170115Puis vinrent les volcaniques années folles et le dégrisement des années 30… En un livre magnifique de finesse, de courage et d’humour, Maurizio Serra se saisit du « romantisme de l’entre-deux-guerres » afin de lui rendre son vrai visage et sa dimension européenne. Une suite de portraits ciselés nous fait passer des émules du colonel Lawrence, tels Auden et Mosley, aux disciples de Marinetti ou du vénéneux Stefan George. Le cercle s’étend enfin à quelques Français, Drieu, Malraux et Brasillach furtivement, Montherlant et ses démons plus précisément. Aussi polyglotte que ses modèles, Serra ne peut se dissimuler sa propre tendresse pour la culture cosmopolite des étranges guerriers dont il scrute le destin, funeste ou pas, fidèle ou non à l’authenticité lyrique de leurs premiers éclats. Contrairement à un raccourci facile, ces « esthètes armés » ne plièrent pas tous devant les dictatures reconnaissantes et leur numéro de charme… Du reste, le propos du livre n’est pas de condamner en bloc les errances de la «génération perdue», ses poussées plus ou moins radicales de purisme ou de révolte, et de les juger du haut de la bonne conscience de «nos sociétés ludiques et antihéroïques» Ces dynamiteurs demandent à être compris à l’intérieur de l’histoire qu’ils récusent, au plus près du «besoin frénétique et confus de changement» qui mène des attentats de l’anarchisme fin-de-siècle aux lendemains désenchantés de la guerre de 14.

En 25 ans, la situation a empiré, du côté des remèdes plus que des causes. N’a-t-on pas l’impression qu’un décalage de plus en plus grand sépare la vieille Europe libérale, Autriche-Hongrie comprise, des aspirations de l’avant-garde artistique? La première, si consciente soit-elle des dangers qu’elle court, comme en témoigne la lucidité d’un Croce, d’un Curtius ou d’un Stefan Zweig, ne semble plus en mesure d’agréger à elle les énergies qui la combattent. Dès la naissance officielle du futurisme, en 1909, on assiste à une esthétisation irrésistible de la «table-rase politique», conforme à la composante militaire, voire militariste, de toute avant-garde qui se respecte. Mesure de l’individu, la violence effrénée devient la morale de tous. D’autres, ailleurs qu’en Italie, mais marqués par l’ascendant de D’Annunzio, poussent l’utopie salvatrice jusqu’à l’érotiser à outrance, et en redoubler la séduction fatale. Le choix de mêler l’Eros, voire l’homophilie, à l’exaltation des «vraies racines» crée ainsi une singulière communauté entre les prédications de Stefan George et certains des premiers représentants de l’idéologie nazie, bien que le poète, courtisé par Goebbels, se soit tenu à l’écart du Reich. Peu de ces «esthètes armés», sinon les plus médiocres, se seront ralliés pleinement au fascisme et au communisme, qui s’étaient nourris de leurs rêves régénérateurs avant de les trahir. À cet égard, la guerre d’Espagne, pivot du livre de Serra et épreuve de vérité des intellectuels en uniforme, fournit aux uns et aux autres de quoi se perdre ou se sauver de leurs illusions. Stéphane Guégan

*Maurizio Serra, Une génération perdue. Les poètes guerriers dans l’Europe des années 1930, Seuil, 25€

L’architecture, c’est émouvoir

La dernière exposition Le Corbusier du Centre Pompidou, occasion de vérifier quel exécrable peintre il fut, aura relancé la polémique qui entoure son évolution politique à partir de la fin des années 1920. C’est qu’à sa manière, virile, hygiénique, élitiste et néo-grecque, ce lecteur précoce de Nietzsche mérite de compter parmi les «esthètes armés» de Maurizio Serra, en sa variante la plus volontaire, et donc la plus volontiers sensible aux sirènes du machinisme et du fascisme. Entre les intellectuels d’extrême-droite du Faisceau et le théoricien de L’Esprit nouveau, le courant passe vite après 1925. Philippe Lamour, notamment, se dit séduit par les projets urbanistiques du Suisse (Corbu ne devient français qu’en 1930) et l’idée que l’architecture travaille à faire advenir la société saine et organique dont tous rêvent à voix haute. Brillant polémiste, Lamour est un émule autoproclamé de Marinetti. Rien d’étonnant, dès lors, à ce que Le Corbusier et son cercle (le Parti fasciste révolutionnaire après 1928) préfèrent d’abord Mussolini (son anticapitalisme, ses autoroutes, etc.) à Hitler (trop incohérent et trop aveuglé par son racisme). Quelle que soit l’attirance de l’architecte pour certaines idéologies, c’est la mystique de l’ordre qui l’anime, et son ambition dévorante, plus que la recherche d’une stricte obédience. Après avoir travaillé à Moscou, en 1928, on le verra proposer ses services à l’Italie qu’il admire, puis à Speer, le tout vainement. Grisé par les émeutes de février 1934, il croit venue l’heure de la victoire; la grande «réorganisation générale» est en marche. À Prélude, que publient ses amis, s’annoncent certains thèmes de Vichy, comme l’association de la «finance aveugle» et des Juifs. Mais aucune unanimité ne se dégage parmi les collaborateurs de la revue à ce sujet, l’antisémitisme y est minoritaire, discuté, laissant place à une judéophobie qu’il ne faut pas juger, bien sûr, à l’aune de la Shoah, mais au diapason d’une époque qui distingue encore sociologie et biologie. En 1936, les appétits d’Hitler s’étant clarifiés, la méfiance de Prélude croît avec eux. Deux ans plus tard, du reste, Le Corbusier s’en remet à Léon Blum, Charlotte Perriand l’ayant rapproché du Front populaire qu’il enjoint d’optimiser le logement social et la circulation.

Durant l’hiver 38, Le Corbusier renonce même au «soulagement» des Munichois et écrit à sa mère; «la Tchéco vilipendée, massacrée. Puis les Juifs traités comme jamais on ne l’aurait imaginé. Chamberlain me fait l’effet d’être un noir rétrograde bien dangereux: la City, la galette, l’argent!» La guerre va réveiller son patriotisme, la défaite son maréchalisme (l’emprise de Pétain sur la droite française est ancienne). A partir du 1er janvier 1941, il est nommé conseiller pour l’urbanisme auprès du gouvernement. S’il n’y reste attaché que 18 mois, la période de l’Occupation résonne de son activité tous azimuts, en lien avec les hommes de pouvoir et d’argent qui entendent tayloriser l’économie et la vie sociale. Le 1er octobre 1940, deux jours avant la parution officielle du statut que l’on sait, il avait avoué à sa mère: «les Juifs passent un sale moment. J’en suis parfois contrit. Mais il apparaît que leur soif aveugle de l’argent avait pourri le pays.» Formule aussi détestable qu’ambiguë, bien dans la manière d’un homme qui n’eut pas besoin d’être raciste pour muscler le programme de Vichy et sut faire taire sa conscience quand sa carrière était en jeu. «Le Corbusier était antisémite», écrit sans nuance Xavier de Jarcy. Synthèse des travaux récents, américains pour l’essentiel, Le Corbusier. Un fascisme français (Albin Michel, 19€) se veut un réquisitoire alerte et l’est assurément. Bien emmené, documenté, il cède ici et là, pas toujours fort heureusement, aux généralités hâtives et à la condamnation rétroactive. Les références à Sternhell et Bernard Henri-Lévy laissent penser qu’il partage leur approche de la France «rance» des années 1930 et leur conviction que nous avons inventé le fascisme, et jusqu’au délire hitlérien. Raymond Aron et Michel Winock ont déconstruit ce mythe historiographique venu des États-Unis. SG

9782754107457-001-GSignalons la parution du Derain de Michel Charzat (Hazan, 39€) , le meilleur jamais écrit sur le sujet! Voir ma recension dans le numéro courant de la Revue des deux mondes.

Le cri de la jungle

En moins de trois ans, le fauvisme fait long feu. Mais quel feu! Il manquait sur les incendiaires un livre qui résume, interroge et élargit les connaissances actuelles de façon entraînante, hors des  poncifs du premier XXe siècle. Cécile Debray nous l’a donné en technicolor, beaucoup d’images en grand format, du connu et du beaucoup moins connu, qui compensent une maquette moins sidérante, quelques tableaux dans le pli et un appareil de notes rejeté en fin d’ouvrage… Ces réserves sont peu de choses au regard du soin apporté à la mise en place historique du propos. Là où d’autres continueraient à se gargariser des peintres d’instinct, des dynamiteurs du Louvre et des instaurateurs de l’autonomie du medium, Cécile Debray dépeint des êtres cultivés et calculateurs, formés et informés. Quant au scandale de 1905, elle le remet aussi à sa place en nous rappelant, après Claudine Grammont, combien ce coup de force, incontournable référence des manuels scolaires, fut un coup monté. Revenons auparavant sur les lutteurs eux-mêmes, très différents d’origine et de parcours jusqu’au jour où la concordance des aspirations fera oublier cette variété. Si Derain et Vlaminck, les anars inoffensifs de Chatou, firent d’abord cavaliers seuls, le  gros du bataillon fut fourni par l’atelier de Gustave Moreau et donc l’École des beaux-arts. D’ordinaire, on préfère glisser sur les longues années que Matisse passa en milieu «officiel», et occulter le Prix de Rome raté de Rouault, la carte de copiste que Derain prit au Louvre en 1901, ou encore la dévotion de Camoin et Marquet pour Manet (dévotion dont je pousserai la reconnaissance jusqu’à leur graphisme japonisant). Les historiens expéditifs, plus grave, n’ont jamais pris la peine de sourcer correctement le fauvisme, on brode plutôt sur le choc de Van Gogh et de Gauguin, le magistère de Cézanne, l’achat des premiers masques nègres par Vlaminck et Derain… Le moderne va vite, disait Valéry en 1932. Le moderniste va encore plus vite et il perd en chemin ce qui fait le sel de l’histoire par brusquerie ou naïveté.

Pourquoi demander à ces impatients de regarder ces tableaux qu’on a longtemps cru peints alla prima? Il existe heureusement des spectateurs plus scrupuleux, capables ainsi de débusquer derrière la fausse brutalité des paysages, des portraits ou des nus fauves tel emprunt ou telle allusion. Le musée des fauves va de la carte postale aux grands maîtres. Cécile Debray prend son temps, décortique, identifie et rend possibles d’autres interprétations. Sous l’éclairage qu’elle  donne au mouvement et ses marges, on se prend à associer Dufy et Helleu ou Braque et Valtat, artiste dont l’hagiographie matissienne a préféré taire le succès et l’influence. Pour comprendre comment les choses se passèrent, au seuil du XXe siècle, il est préférable de juger sans penser à ce que l’avenir réservait à ces artistes. Autour de 1905 Marquet, Friesz ou Valtat font encore illusion, Camoin a ses partisans. Mais l’apport le plus sûr du livre reste le chapitre très complet sur le Salon d’Automne de 1905 et le scandale de la salle VII. Ce qu’il faut en retenir, au-delà de l’explosion mythique, c’est l’espèce de connivence qui rapproche admirateurs  et détracteurs. Certes des réticences se firent jour parmi les membres fondateurs du Salon, mais elles furent étouffées par les anciens de l’atelier Moreau, Desvallières et Piot en premier lieu, et par les critiques associés au jury. Vauxcelles, principal inspirateur du nom de baptême des insurgés, était partie liée à l’insurrection ; de même, Mauclair et Geoffroy modérèrent opportunément le peu de cas qu’ils faisaient de ces bariolages faussement délirants. Gide, Maurice Denis et l’immense Péladan (que j’aurais traité avec plus d’égards qu’on ne le fait aujourd’hui) furent beaucoup moins complaisants. Quant au reste de la presse, elle décocha quelques flèches à «l’école Matisse» et à la «camorra » des élèves de Moreau. C’est Gustave qui aurait été content. Stéphane Guégan

*Cécile Debray, Le Fauvisme, Citadelles & Mazenod, 189€